Adieu Guilhem du Mas Bruguière jeu 26 déc 2019

Jean-Philippe Granier

Jean-Philippe Granier
Clavel Jean

Jean Clavel

Disparition de Guilhem Bruguière  de Valflaunès  décembre 2019

C’est après les évènements du pont de Montredon le 4 mars 1970  (2 morts, 15 blessés dont certains graves ) que Jean Claude Bousquet président du CDJA et Sylvain Guizard  président de la Chambre d’Agriculture de l’Hérault me proposent de développer le syndicat des Coteaux du Languedoc pour servir de base à une politique de vins de qualité dans notre région.

C’était une mission bien difficile, tant la production des vins de masse sans  distinction qualitative était généralisée et l’agitation de jeunes viticulteurs manifestant contre la politique du gouvernement à qui ils reprochaient l’importation de vins d’Italie,  cause selon eux, de la mévente des vins du midi.

Je dus appuyer ma mission sur quelques familles, accessibles à une volonté qualitative,

Dans le  Pic Saint Loup c’était les familles Bruguière , Durand, Guizard, Jean, qui ont constitué la base  de travail dans les années 80. La Cave coopérative de Saint Mathieu-de-Tréviès tentait une mutation qualitative difficile  avant que les familles Orliac,  Leenhard  et autres les rejoignent, se joignent à eux pour constituer le pôle qualitatif du secteur.

Guilhem Bruguière, dans les années 1970 avait commencé une carrière militaire dans l’Allat (aviation légère de l’armée de terre). 

Mais l’éloignement du Pic Saint Loup et de sa famille, l’ont conduit a rejoindre l’exploitation viticole familiale. Et il abandonna l’armée tout en regrettant de ne plus voler dans les airs.. Comme j’avais participé, maintenu sous les drapeaux pendant près de 3 ans en Afrique du Nord, au début de la guerre d’indépendance, dans un service du matériel de l’arme de terre, base de l’Allat, et qu’un de mes fils poursuivait une carrière militaire, volant dans l’Allat, nous avions des sujets de conversation avec Guilhem en dehors de la viticulture.

Il a donc participé d’une façon constructive à la réussite économique que constitue le développement qualitatif des vignobles du Pic Saint Loup, Il apportait, une vision moderne, actuelle, loin des problèmes relationnels, parfois compliqués par les rapports anciens , conflictuels du passé.

Il laissera dans ce secteur viticole  économique et social,  la trace d’une volonté forte  et calme , dans la réussite de l’union  de tous vers un objectif commun.

Jean Clavel

André Leenhard 1

André Leenhard

C'est avec une grande tristesse que j'apprends le décès de Guilhem Bruguière en cette veille de Noël.

Il fut le premier vigneron du Pic Saint Loup avec la cuvée "Vinam in calcadis" dans les années 80, cuvée que j'ai amenée au conditionnement. Pour moi, ce vigneron émérite a marqué de son empreinte l'appellation Pic-Saint-Loup.

C'est entouré de son épouse Isabelle, de ses enfants et de toute sa famille qu'il a enduré les terribles souffrances infligées par la maladie.

Je termine d'écrire ces quelques mots les larmes dans les yeux en te disant :

Merci Guilhem, Salut l'Artiste !

Gérard Jeanjean

Guilhem,

un homme de terroir, un homme syndicaliste qui a toujours défendu le collectif.

Le premier à faire briller les vins du Pic-Saint-Loup.

Un ami qui part et qui nous laisse en héritage un vin remarquable.

C'est ça l'éternité !

Amis, buvons à son souvenir et chantons la joie de l'avoir connu.

La rélève est là...

Jean-Philippe Granier

Gérard Jeanjean

Gérard Jeanjean

Guilhem Bruguière 24 Décembre 2019

 

Notre Pic Saint-Loup est en deuil
La diagonale de la face nord est plus sombre aujourd’hui… Comme une mise en berne pour rendre hommage et honorer la mémoire de Guilhem .
Le Pic Saint-Loup aujourd’hui a perdu un des ses artisans, un de ses fondateurs, un de ses acteurs majeurs …
Un de ces hommes dont on est content de croiser la route
Un de ces hommes dont on est fier de partager un moment de vie
Un de ces hommes qui nous permettent chaque jour de croire un peu plus en l’humanité .

Guilhem Bruguière était de cette trempe-là !
La longue maladie qu’il a su enduré avec courage et obstination ne doit pas nous faire oublier ce qu’il a été pour notre terroir, pour notre appellation, pour cette région du Pic Saint-Loup pour laquelle il s’est battu et y a ancré sa vie familiale, sa vie professionnelle et l’histoire de sa vie.

Un homme qui s’est identifié , qui a embrassé son terroir :

Issu d’une famille installée depuis longtemps au pied du Pic Saint-Loup et après un temps professionnel dans l’armée où il acquit une solide formation de pilote d’hélicoptère (qui lui mit toute sa vie dans ses yeux des étoiles lorsqu’il parlait de voler !)
Guilhem fait le choix de revenir à La Plaine – berceau familial – pour s’y installer avec toi Isa et vivre du métier de vigneron.
Avec une conviction chevillée au corps que ce terroir a des aptitudes , des réelles potentialités , des richesses inexploitées … bref un réel avenir, alors que de nombreux esprits chagrins de l’époque prédisaient la fin de la viticulture ici !
Guilhem s’engagea , se mit au travail avec une volonté affirmée, celle de révéler ce terroir , de lui redonner ses lettre de noblesse, de lui imaginer un avenir !
Son caractère obstiné sans être borné , conquérant sans être arrogant , sûr de lui sans être donneur de leçons , à l’écoute sans être aux ordres, reflète aussi la réalité de notre terroir : la rudesse des calcaires de nos sols, la complexité aromatique de nos garrigues, la couleur éclatante de notre ciel, le caractère entier de notre climatologie… Tout cela dont il fit le premier le pari de le mettre en bouteille afin de donner une identité, une personnalité , une raison d’être à ce terroir !

 

 

Un homme qui a su nous mettre en mouvement :

Parce qu’il croyait profondément que toute réussite humaine n’est possible - et ne se comprend - que si elle passe par celle du collectif , celle du groupe
Ensemble on est plus fort, ensemble on va plus loin , ensemble on structure notre avenir !
C’est lui qui porta l’initiative d’un renouveau au mi-temps des années 80
C’est lui qui nous mobilisa – avec diplomatie – pour faire œuvre commune et nous convaincre que nous avions aussi une démarche collective à inventer , à organiser et à porter ensemble .
Inlassablement il voulait entrainer avec lui , inlassablement il voulait faire partager ses convictions fortes et pétries de bon sens , inlassablement il œuvrait avec pédagogie et intelligence
Tout cela nous le lui devons car ce fût le premier .
Tout cela nous le lui devons parce qu’il a su aussi associer la parole aux actes et sût nous apporter la preuve que c’était possible ….puisque lui le faisait !

Un homme qui croyait- plus que tout- à l’importance de l’humain :

Son rôle de guide , de leader nous a éclairé par son autorité naturelle .
Il savait aussi bien utiliser des propos mesurés pour convaincre sans froisser , que s’imposer en se levant et tapant du poing sur la table pour donner un avis qui devenait du coup incontestable .
Il savait nous convaincre parce qu’on était tous certains que son argumentaire était réfléchi , mesuré , pesé .
On savait aussi que Guilhem ne parlait pas pour rien dire …c’était autant rassurant que réconfortant dans nos interminables débats qui – il l’avait instauré - devait aboutir à un consensus partagé !

Un homme d’une riche personnalité.

Un homme d’une vaste culture et d’une ouverture d’esprit rare.
Un homme toujours prêt à aller au fond des choses , à comprendre , à se forger un avis après une analyse précise
Un homme aux facettes si nombreuses … à la hauteur de sa discrétion déroutante parfois !
D’abord celle du chef de famille toujours attentionné envers Isa et les siens, toujours à l’écoute de ses amis
Celle du passionné de mécanique… que ce soit sur terre ou dans les airs ; passion qu’il exercera dans son métier de vigneron et aura eu le loisir de faire partager tout au long de sa vie …
Celle du passionné d’histoire et de lectures qu’il savait toujours exprimer et restituer autour d’une table ou d’un verre.
Celle de l’amateur de musique et de chants qui fit partie de sa vie … Lorsqu’il se levait pour nous faire partager un air d’opéra, un morceau d’un grand classique ou une chanson loufoque du répertoire contemporain !
Celle de l’homme qui savait donner un sens à la fête, toujours le premier pour la danse et la joie d’être ensemble, ouvrant largement sa maison de La Plaine ou dans l’Aveyron pour des merveilleux instants de vie.
Celle de l’homme actif et volontaire toujours partant pour une balade ou une belle randonnée en montagne.
Celle de l’homme engagé qui a su prendre du temps pour servir le collectif : celui de la coopération, du milieu professionnel viticole, de sa commune et de son territoire …

Guilhem tu étais tout ça et nous t’en sommes reconnaissant !

La tristesse pourrait nous envahir , mais nous devons aussi être heureux de ce que tu nous a donné.
On ne va pas fermer les yeux parce que tu n’es plus là , mais au contraire les ouvrir grand pour voir tout ce que tu as permis
On ne va pas se lamenter sur le passé mais bien se tourner vers l’avenir qui s’inscrit dans ce que tu as initié et rendu possible
Nous n’allons pas nous refermer mais plutôt faire ce que tu as toujours voulu :
ouvrir les yeux, rire, aimer et aller de l’avant !

André Leenhard

Contactez-nous

Si vous êtes contents dites le autour de vous,
sinon dites le nous !

Ecrivez-nous ! Rejoignez nos équipes ! Abonnez-vous à notre newsletter

Restaurant 0ʼSud

Bassin Jacques Coeur
148 rue de la Galata
34000 Montpellier

04 99 23 27 05 Comment venir ? Où se garer ?

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé - À consommer avec modération