Igor Gourévitch mer 9 juin 2010


Membre éminent de l'Epicuvin et de Slow Food, il arpente la planète à la recherche de nouvelles sensations. Sa curiosité n'a pas de limites, son domaine d'investigations également.

Vin passion, vin business


Pour mieux parler d'ici parlons un peu d'ailleurs. Je reviens d'un voyage œnologique en Rioja (plus précisément de la Rioja Alta et de la Rioja Alavesa, les zones les plus qualitatives) avec l'Épicuvin, le club de dégustation animé par Daniel Roche. Passionnant, impressionnant et ..... frustrant.

Passionnant
de (re)découvrir une zone entièrement vouée au vin avec de superbes paysages animés par le cours supérieur de l'Èbre entre deux zones montagneuses (la Sierra de Cantabria au nord et les Sierras de la Demanda et de Cebollera au sud) qui l'enserrent comme dans un écrin.

Impressionnant
de découvrir les énormes investissements des nouvelles « bodegas » à l'architecture spectaculaire (dont l'attractivité suscite un tourisme œno-architectural drainant des touristes du monde entier) et à l'équipement dernier cri pratiquant des vinifications et des élevages très maîtrisés. Des parcs de barriques comme on n'en imagine pas (20.000 par-ci, 37.000 par-là), en état impeccable, renouvelées régulièrement. Des vins boisés certes mais élevés suffisamment longtemps (jusqu'à 5/6 ans de barrique et de bouteille pour les Reserva) et avec doigté pour être, dans les meilleurs des cas, prêts à boire à la mise sur le marché. Exit, chez ces modernes les surmaturités, les vins lourds d'extraction trop poussée, les surboisages d'antant. Production de masse et de qualité qui reste d'un prix abordable la plupart du temps.

Frustrant
aussi de ne pas rencontrer de vignerons (sauf dans un cas sur neuf où nous avons visité un domaine de taille modeste possédé par quatre familles) mais des managers, des guides, au mieux des œnologues dans cet univers d'accumulation capitalistique où l'architecture est aussi un marketing. Visites payantes, prestations tarifées, parcours minutés, dégustations calibrées, la réception des visiteurs est aussi un business.

Revenu ici,
le contraste est flagrant avec notre viticulture languedocienne telle qu'elle est refaçonnée par l'émergence des vignerons indépendants depuis une trentaine d'années. Dans ces structures personnelles et familiales, on est reçu la plupart du temps par le vigneron ou son proche entourage et, pour peu que le contact s'établisse, la dégustation n'est pas mesurée, ni en temps, ni en nombre. On est plus proche du modèle bourguignon que du modèle bordelais qui inspire depuis la fin du XIXème siècle la Rioja. Les manifestations œno-gastronomiques assorties de balades dans les vignes qui connaissent un succès croissant depuis quelques années ici participent aussi de cette mise en contact direct des producteurs et des amis du vins (et en élargissent le cercle).

Pour finir,
je veux aussi insister sur le rôle très important de médiateur que jouent chez nous les cavistes et les « baristes » comme l'ami Dominique, créateur du Trinque Fougasse, qui a su établir des contacts personnels avec une foule de vignerons d'ici (et aussi d'ailleurs) et les partager avec nous au gré d'animations, de soirées, de marchés vignerons.

Alors vin passion contre vin business ?

Pas sûr, il y a peut-être à réfléchir pour palier le manque d'intensité capitalistique de la viticulture familiale de qualité par des actions collectives au niveau des syndicats des appellations et susciter une attractivité  qui fera venir de loin l'éventuel client (je pense par exemple à la Maison du terroir à Maury avec son excellent chef étoilé Pascal Borrel qui est une vitrine des vins de cette zone).

IGOR
 

Contactez-nous

Si vous êtes contents dites le autour de vous,
sinon dites le nous !

Ecrivez-nous ! Rejoignez nos équipes ! Abonnez-vous à notre newsletter

Restaurant 0ʼNord

Hopitaux / Facultés
1581 route de Mende
34090 Montpellier

04 99 23 27 00 Comment venir ? Où se garer ?

Restaurant 0ʼSud

Bassin Jacques Coeur
148 rue de la Galata
34000 Montpellier

04 99 23 27 05 Comment venir ? Où se garer ?

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé - À consommer avec modération