"Le camp d'en face" du lobby du vin, fantasmes et réalité ven 8 mars 2019

Complément d'enquête - février 2019 - lobbies du vin

Une déclaration du ministre de l’Agriculture Didier Guillaume estimant que le vin n’était « pas un alcool comme les autres » a déclenché mercredi 16 janvier sur les réseaux sociaux l’indignation de nombreux médecins spécialistes des addictions et nous l'évoquions déjà dans ce Blog à ce moment-là.


Avant la diffusion d'un Complément d'Enquête intitulé  "Milliardaires, lobbies du vin : vous reprendrez bien un petit verre ?", Dorothée Barba sur France Inter dans l'Instant M résumait "Prenez la loi Evin, qui entendait lutter contre l'alcoolisme et le tabagisme : on a beaucoup entendu qu'elle était clarifiée. Surtout pas qu'elle était assouplie ! Non, assouplir une loi de santé publique, ce serait moche... et pourtant. L'assouplissement de la loi Evin est l'une des victoires du lobby du vin.".

Le lobby du vin : fantasmes et réalité - par Jacques Dupont sur Le Point de mars 2019

Le 8 mars 2019 est sorti sur Le Point un "contre article" sous la plume de Jacques Dupont, une nouvelle voix et un nouvel angle : que se passe-t-il dans le "camp d'en face" ?

"(...) tous ceux qui dénoncent les agissements de ce « puissant lobby du vin » ne s'intéressent jamais au camp d'en face, si l'on peut dire. Que l'antique ligue anti-alcoolique, rebaptisée ANPAA (Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie, forte de 1 300 salariés) dispose d'un budget dépassant les 80 millions d'euros, passe des accords de partenariat avec un des plus importants groupes de mutuelle de santé pour s'offrir les services d'un des plus renommés cabinets de lobbying, engage des procès à grands frais d'avocats, guide la plume ou le micro de certains journalistes, se félicite que durant l'Occupation il y avait moins d'alcooliques, rédige des amendements avec typo et maquette identiques à celle 
de l'Assemblée nationale et les dispense auprès des députés avec comme question écrite subsidiaire en forme de douce menace : soutiendrez-vous, oui ou non, cet amendement… voilà qui devrait interpeller nos amis enquêteurs. Mais il semble que non. Pourtant, l'enjeu le mériterait."

Nous sommes les premiers à appuyer notre discours sur la qualité plutôt que la quantité, à valoriser les femmes et les hommes qui sont derrière les bouteilles, notamment en les invitant à venir à la rencontre de nos clients, pour déguster bien sûr, mais également pour échanger autour du métier de vigneron*ne, du terroir, du travail de la vigne...


Bien sûr, nous n'occultons pas le problème lié à la maladie de l'alcool. D'où notre volonté à "éduquer" au goût et à la culture du vin. Mais cette chasse aux sorcières tend à nous positionner comme des malfaiteurs et l'article que nous partageons ici remets un peu d'équilibre sur la balance.

Une affaire à suivre.

Contactez-nous

Si vous êtes contents dites le autour de vous,
sinon dites le nous !

Ecrivez-nous ! Rejoignez nos équipes ! Abonnez-vous à notre newsletter

Restaurant 0ʼNord

Hopitaux / Facultés
1581 route de Mende
34090 Montpellier

04 99 23 27 00 Comment venir ? Où se garer ?

Restaurant 0ʼSud

Bassin Jacques Coeur
148 rue de la Galata
34000 Montpellier

04 99 23 27 05 Comment venir ? Où se garer ?

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé - À consommer avec modération